La fonction publique appelée à la grève générale le 18 mars, LNC 04.03.2019

Social. La Fédération des fonctionnaires, un des poids lourds du secteur, appelle les dix syndicats qui la composent à une grève générale illimitée à partir du 18 mars. Au cœur des revendications, la mise en place d’un système de revalorisation du pouvoir d’achat des agents publics territoriaux et l’application du parcours professionnel carrière et rémunération (PPCR) à l’ensemble de ces fonctionnaires.

« Les enseignants du secondaire ont obtenu que cette réforme de la fonction publique d’Etat leur soit appliquée. Ce qui est concrètement très intéressant car cela permet de rattraper quinze ans de gel de la valeur du point, soit une augmentation de salaire d’environ 20 %, explique David Meyer, secrétaire général de la Fédé. Mais quid des autres ? Rien, hormis deux augmentations de 0,6 % au cours de ces dernières années. » Le rendez-vous est fixé au 18 mars devant le Congrès alors que ce dernier se penchera sur la réforme du primaire.

« Choix de société »

David Meyer précise la démarche de la Fédé : « Ce que nous demandons, alors que les provinciales se profilent, c’est que les groupes politiques s’engagent à travailler, a minima, sur un maintien du pouvoir d’achat des fonctionnaires en tenant compte de l’inflation, voire sur une revalorisation du pouvoir d’achat de certains. A plus long terme, il s’agit de réfléchir à une rénovation du secteur public qui est arrivé à bout de souffle. Il y a, par exemple, au vice-rectorat, des fonctionnaires d’Etat et des fonctionnaires territoriaux qui coexistent. Ils ont des statuts, des carrières, des systèmes retraites différents. Ça ne peut pas continuer. » Trop nombreux, trop payés, accusés de concourir à la vie chère via l’indexation : David Meyer est également revenu sur les reproches les plus fréquemment adressés à la fonction publique : « Sans indexation, un agent de catégorie C est en dessous du SMG, rappelle-t-il. Comment expliquer qu’à Tahiti, alors que l’indexation est plus élevée, les prix sont plus bas qu’en Calédonie ? Sans oublier qu’une désindexation aurait un impact global sur notre économie et conduirait à une vraie récession. Enseignement, justice, police et santé représentent 90 % des grands corps des fonctionnaires alors que la direction des affaires économiques ou les services fiscaux manquent de contrôleurs. Sur quoi peut-on jouer pour diminuer le nombre de fonctionnaires ? Il s’agit là d’un vrai choix de société. »

About the author

Leave a Reply