Insuffisance rénale : un site Internet pour mesurer ses risques, « Cafat /santé » LNC 18.04.2019

Les membres du Réseau de l’insuffisance rénale en Calédonie (Résir) le déplorent : le rein demeure un organe trop méconnu. Or, chacun de nos deux reins est « une centrale d’épuration de haute qualité filtrant les déchets du sang. » L’excès d’eau et de sel de l’organisme est donc éliminé dans l’urine. Les reins fabriquent aussi trois hormones : la vitamine D, l’éythropoïétine (EPO) et la rénine. L’atteinte de la fonction rénale entraîne donc l’accumulation de déchets dans l’organisme (urémie). Une rétention d’eau et de sel (hypertension artérielle et oedèmes). La diminution de la fabrication d’hormones induit : une moins bonne fixation du calcium sur les os (carence en vitamine D) ; une anémie ou baisse du nombre de globules rouges (carence en EPO) ; une élévation de la pression artérielle (carence en rénine). Le plus souvent, la maladie rénale ne se manifeste par aucun symptôme, le diagnostic est souvent tardif. Les dégâts peuvent donc se produire sans que l’on s’en rende compte.

UNE MALADIE SILENCIEUSE

Au 31 décembre 2017, 680 patients calédoniens étaient traités pour une insuffisance rénale chronique terminale par dialyse ou transplantation. Il est donc important de poser un diagnostic le plus tôt possible pour ralentir la progression de la maladie. Professionnels mais aussi particuliers bénéficient grâce au Résir, depuis l’an dernier, d’un outil précieux pour calculer facilement un risque de dialyse à deux et cinq ans : c’est le but du site www.risquededialyse.nc Cette estimation se fait par le biais d’une équation. Pour estimer son risque, il suffit de rentrer quelques données sur le site dont son âge, son sexe et quelques indicateurs de laboratoire que l’on obtient après une analyse d’urine et de sang. Ce sont des analyses qui sont demandées dans un contexte parti-culier, quand le médecin veut connaître la qualité de la fonction rénale.

Ce site s’adresse aux patients pour qu’ils puissent se prendre en charge, et aux professionnels, principalement les médecins généralistes, qui sont le premier filtre médical pour identifier les patients à risques.

About the author

Leave a Reply