C’est parti pour deux ans de travaux avant l’ouverture de l’Ehpad, « Cafat / santé » LNC 19.04.2019

Tous les acteurs du projet d’Ehpad à Tina se sont réunis, hier matin, pour la pose de la première pierre de l’établissement. Il faut maintenant compter deux ans avant l’arrivée du premier des 70 résidents.

La fin des travaux est prévue pour le 10 mars 2021, alors que le premier résident doit entrer fin avril 2021.
Les travaux de terrassement ont commencé il y a près d’un mois. La première pierre, symbolique, du futur Établissement d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes, situé à Tina, a été posée hier matin.

La Sem Agglo est à l’initiative du projet, et la Mutuelle du Bien vieillir (MBV), en est l’exploitant. Le partenariat entre les deux entités est né il y a trois ans, mais le projet est en réflexion depuis 2013.

RESPECT DE L’HUMAIN

En matière d’accompagnement des personnes âgées, la MBV a de l’expérience. Elle gère plus de vingt établissements en Métropole. Benoît Naturel, directeur de la Sem Agglo, souligne que cet acteur privé apporte « une véritable plus-value à l’Ehpad, en replaçant l’humain au centre ». Car ce qui préside à la philosophie de la MBV, c’est le « vitae clementia* », rappelle Viviane Chabbert, directrice générale de la mutuelle. « Il s’agit de respecter les libertés des personnes, de renforcer leurs liens familiaux et de leur apporter un bien-être ».

Ainsi, « ce n’est pas le résident qui s’adapte à l’organisation de l’établissement, mais l’inverse », précise Viviane Chabbert. L’Ehpad comptera cinq unités, dont deux particulièrement demandées sur le territoire. Il s’agit d’un accueil pour quatorze personnes handicapées vieillissantes et autant de place pour les malades d’Alzheimer.

Des représentantes de la Croix-Rouge étaient également présentes à la cérémonie. Si l’association n’est pas directement impliquée dans le projet de Tina, celui-ci représente une continuité pour son activité de gestion de résidences pour personnes âgées autonomes.

Si l’on en croit l’étude récemment réalisée par la Croix-Rouge, 30 % de cette population devrait être prise en charge en Ehpad, mais les places manquent. Actuellement, il faut compter entre six et huit mois d’attente pour y accéder.

À noter que l’Ehpad de Tina doit permettre au plus grand nombre d’y accéder en proposant des tarifs dans la moyenne basse du marché. Le premier résident doit y entrer dès avril 2021.

* La vie clémente

11 établissements d’hébergement de personnes dépendantes.
C’est le nombre de structures actuelles sur la province Sud. Quatre d’entre eux ont une capacité de moins de 30 résidents.

224 lits sont en projet , dont 20 en province Nord. Sans compter les 70 places du futur Ehpad de Tina, cela représente 134 lits de plus en province

Sud. Des places qui ne devraient pas tarder à être toutes occupées.

About the author

Leave a Reply