Début des discussions autour de la proposition de l’Avenir en confiance, LNC 28.05.2019

Les discussions devraient commencer aujourd’hui entre l’Avenir en confiance et ses éventuels partenaires pour un gouvernement consensuel que dénonce déjà Calédonie ensemble.
Des premiers échanges devaient avoir lieu hier soir entre des responsables du FLNKS, de l’Eveil océanien et de l’Avenir en confiance en vue de constituer un « gouvernement consensuel et équilibré » pour reprendre la formule du communiqué publié dimanche par l’équipe de Sonia Backès.

Après avoir avalé la pilule de l’élection de Roch Wamytan (UC-FLNKS) à la tête du Congrès grâce au soutien des trois voix de l’Eveil océanien,

après avoir pris acte de ce rapport de force nouveau, Sonia Backès et son entourage tendent la main aux indépendantistes pour trouver les équilibres qui ont fait défaut avec Calédonie ensemble. La démarche est plutôt bien accueillie par Daniel Goa, président de l’UC. « Nous avons toujours été favorables à un gouvernement d’union. Encore faut-il bien définir le contenu et le programme. Et il faut bien comprendre que si nous acceptons, ça sauvera la position de Sonia Backès. Chez nous, ça va, nous sommes bien installés. Nous attendons donc de voir ce qu’ils ont à nous proposer. » Approche favorable aussi du côté de l’Eveil océanien.

MAPOU CIRCONSPECT

« Notre priorité, c’est le logement et le social », rappelle Milakulo Tukumuli. « Si le prochain gouvernement veut aller dans ce sens, nous y participerons activement. » En revanche, l’UNI est beaucoup plus circonspecte. « Le programme de l’Avenir en confiance contient beaucoup de points avec lesquels nous sommes en profond désaccord, insiste Louis Mapou. Il y a même des éléments qui pourraient nous ramener à la situation de 1988. J’observe que Sonia Backès veut rassembler, mais sans Calédonie ensemble. »

MICHEL ESTOMAQUÉ

Précisément, c’est à Calédonie ensemble que la réaction est la plus critique. Philippe Michel, son secrétaire général, se dit estomaqué. « Le 13 mai, Sonia Backès voulait garantir une majorité non indépendantiste à la tête des institutions. Quand l’Eveil océanien a fait élire Roch Wamytan à la tête du Congrès, Virginie Ruffenach a parlé de trahison et deux jours plus tard, son groupe leur tend la main ainsi qu’au FLNKS. C’est à se demander s’il y a un pilote dans l’avion et si oui, quelle est sa destination ? »

About the author

Leave a Reply