BpiFrance, une boîte à outils au service du développement des territoires LNC 13.06.2019

Chefs d’entreprise et financiers ont répondu nombreux à l’invitation de la Banque publique d’investissement qui présentait, mardi soir à l’Université de Nouvelle-Calédonie, sa gamme de produits pour l’Outre-mer.

Une centaine de chefs d’entreprise ont rempli les bancs de l’amphithéâtre de Nouville, mardi soir.
La Banque publique d’investissement (BPI) sera opérationnelle dès le mois de septembre en Nouvelle-Calédonie. Cet organisme détenu à 50 % par l’Etat et à 50 % par la Caisse des dépôts vient en soutien du développement des entreprises en proposant des produits ciblés complémentaires de l’offre de financement existante dans les établissements bancaires de crédit. Pour la Confédération des petites et moyennes entreprises, qui milite depuis 2013 pour le déploiement de cet outil dans tous les territoires ultramarins, cette étape marquera un tournant. Cette implantation, décidée à la suite des Assises des outre-mer en juin 2018, « oeuvrera pour la diversification du modèle économique calédonien », estime le secrétaire général de la CPME-NC, Baptiste Faure. Les chefs d’entreprise sont venus nombreux, mardi, rencontrer Caroline Messin, future déléguée territoriale de BpiFrance, l’un des plus gros investisseurs en capital au monde – qui détient 20 % du capital du constructeur automobile Peugeot et soutient quelque 85 000 entreprises,

de la TPE aux plus grosses enseignes. Dominique Caignart, directeur outre-mer de BpiFrance, a déroulé les produits phares de l’organisme, dont les réseaux bancaires ont eu une présentation complète par ailleurs, « BpiFrance ayant l’obligation contractuelle et statutaire de travailler avec eux », a-t-il rappelé.

Première grande mission de cet organisme : soutenir les phases d’innovation des entreprises, aux risques trop grands pour les banques. « Pas l’innovation agrémentale », précise la Bpi, mais l’innovation allant dans le sens du développement structurant des territoires.

COMPLÉTER L’OFFRE BANCAIRE

A quelle hauteur ? « Nous n’avons pas de limite, sinon celle de vos marchés », a précisé d’emblée le directeur outremer du groupe public d’investissement, qui s’attend à instruire une dizaine de dossiers dans les mois qui viennent. Si le marché calédonien est sans commune mesure avec le public traditionnel de BpiFrance et les incubateurs d’entreprises innovantes qu’elle soutenait jusqu’à présent, « il y aura certainement un vivier de porteurs de projets, avise le secrétaire général de la CPME-NC. Il y a beaucoup de choses à faire en NouvelleCalédonie étant donné la richesse de son environnement. » La Bpi a également présenté un produit exclusif : le prêt de développement outre-mer, qui permettra de huiler le plan de financement initial d’une société ou de couvrir ses besoins additionnels – par exemple un plan de formation si une banque soutient déjà l’achat de matériel nécessaire à la transition digitale de l’entreprise. La Bpi pourra également consentir des prêts à la croissance internationale, pour financer le recrutement d’un représentant, l’adaptation du produit à un nouveau marché, ou même la participation à des salons professionnels. La banque publique d’investissement, qui promet d’instruire ses dossiers en moins d’un mois, pourra exceptionnellement soutenir la participation d’un chef d’entreprise en augmentation de capital et venir en complément de la défiscalisation ou d’aides provinciales adossées à un prêt bancaire.

About the author

Leave a Reply