Le gouvernement élu ce matin au Congrès LNC 13.06.2019

Les membres du Congrès élisent ce matin le futur gouvernement qui, à moins d’un miracle, restera quelque temps sans président et ne pourra pas fonctionner.

En attendant un président, c’est le gouvernement sortant qui expédiera les affaires courantes.
Les onze membres du nouveau gouvernement vont être désignés ce jeudi matin par les 54 élus du Congrès. L’opération devrait se dérouler rapidement puisqu’il n’y aura qu’un tour de scrutin, à la proportionnelle. Les quatre groupes politiques constitués ont déposé chacun une liste de candidats.

Sachant qui va voter pour qui, le suspense est très limité. Seule une erreur de vote pourrait modifier un résultat connu d’avance.

La liste de l’Avenir en confiance alliée à l’Eveil océanien doit obtenir cinq postes : Thierry Santa, Christopher Gygès, Isabelle Champmoreau, Yoann Lecourieux et Vaimua Muliava de l’Eveil océanien. Elle aura le soutien de Nicolas Metzdorf qui fait savoir qu’il s’agit « d’un vote de raison et pas d’un vote d’adhésion. » Sans cette voix en effet, la majorité du

gouvernement pourrait basculer dans le camp indépendantiste. La liste de Calédonie ensemble n’aura qu’un élu, Philippe Germain, le président sortant, qui est revenu sur sa décision de se mettre en retrait de la politique. La liste UC-FLNKS et Nationalistes aura trois lauréats : Gilbert Tyuiénon, Didier Poidyaliwane et Jean-Louis d’Anglebermes. Enfin, la liste Union Nationale pour l’Indépendance aura deux élus : Jean-Pierre Djaïwé et Valentine Eurisouké.

PAS DE MAJORITÉ

Ce qui veut dire que sept des onze membres du gouvernement sortant vont être reconduits.

La séquence suivante sera beaucoup plus compliquée puisque le haut-commissaire va convoquer les onze nouveaux élus à une séance qui se tiendra au gouvernement, pour qu’ils élisent un président et un vice-président. Or, à moins d’un miracle, ils n’y arriveront pas. Au nom de Calédonie ensemble, Philippe Michel a bien insisté hier sur le fait que l’élu de son mouvement ne votera pas pour Thierry Santa. « Nous ne voterons pas pour un président indépendantiste, mais pas non plus pour Thierry Santa » a-t-il insisté. « L’Avenir en confiance nous a écartés de toutes les discussions pour la répartition des responsabilités, et il s’est associé avec l’Eveil océanien qui porte un programme ultralibéral dont on va vite s’apercevoir qu’il n’est pas tenable financièrement et qu’il va dégrader le pouvoir d’achat des Calédoniens. »

En réponse, l’Avenir en confiance espère que Calédonie ensemble ne prendra pas « les institutions en otage alors que les comptes sociaux sont dans le rouge et que l’économie est au plus mal. »

L’UC-FLNKS devrait aussi présenter un candidat, probablement Gilbert Tyuiénon. Et pas question pour le mouvement de soutenir un candidat

loyaliste. « Les membres du futur gouvernement issus de la liste du Groupe UC-FLNKS et Nationalistes, s’engageront dans un front solidaire FLNKS, et aucune négociation, ni accord n’ont été faits ni trouvés avec une quelconque force politique en présence, autre qu’indépendantiste » précise un communiqué de Pierre-Channel Tutugoro.

Savoir +

La séance de ce matin est solennelle, ce qui signifie qu’une nombreuse assistance officielle sera présente. Le public intéressé est donc invité à se tourner vers la Web TV du Congrès.

About the author

Leave a Reply